J’ai peur

J’avais envie de diffuser un message positif ici, positif ou du moins revendicatif et optimiste. Je voulais bousculer un peu les « normalaux » – qui finalement ne me lisent pas et réconforter les atypiques, les exclu·e·s, les discriminé·e·s, que je comprends.

Je voulais dire : être autiste, ce n’est pas une erreur en soi, il y a tellement de choses chouettes et singulières, je ne changerais ce que je suis pour rien au monde. J’ai des tas d’articles en réserve qui parlent de mon fonctionnement et de ce qu’il a de bien, et de ce qu’il est tout aussi « normal » sûrement que celui des neurotypiques qui pour l’instant se gardent bien le monopole de la normalité (et donc, de la légitimité). Je voulais dire : on guérit des troubles alimentaires, on apprend à gérer les troubles anxieux, on devient plus fort·e au fur et à mesure des dépressions et on sait les anticiper, les bloquer, les repousser. Je voulais dire : il y a plusieurs manières d’être, la norme n’a pas forcément raison, le monde médical peut être questionné, tu es valable comme tu es, le « travail » ne définit pas ta valeur, etc. Lire la suite »

Publicités

Les problèmes de l’emploi (1)

Quand j’ai ouvert le blog, j’étais désespérément en recherche de travail. Encore, à nouveau, une nouvelle fois. J’ai l’impression de passer mon temps à chercher du travail, même quand je travaillais momentanément, je cherchais du travail, même quand je travaillais sur mon projet de thèse, je cherchais du travail (parce qu’il faut bien payer le loyer et manger), et même quand je travaillais sur mon projet de thèse + travaillais, je cherchais du travail (parce que ça ne suffisait pas à vivre correctement et que ça manquait de long terme et régularité). Depuis un mois, je travaille à nouveau, j’ai un contrat, avec signature et tampon, pour de vrai. Pour nuancer la joie : moi qui voulais avant tout avoir quelque chose de stable et de non précaire, je suis finalement à nouveau sur un contrat pas assez payé et sur le court terme. Pas vraiment le choix, et je prends le positif : quelqu’un a bien voulu de moi, je lui ai fait part de quelques-uns de mes points faibles, et c’est un temps partiel.

Lire la suite »

La porte de sortie

Je passe souvent pour pessimiste, parce que j’ai tendance à m’imaginer les pires issues possibles à toute situation appréhendée. Mais qu’on réponde à mon inquiétude en me disant « ça va bien se passer » n’est d’aucune aide, je vous assure ; en revanche, se confronter à ma peur, non pas la réduire à une improbabilité statistique mais examiner ce qui pourrait être fait en cas de catastrophe et quelles en seraient les conséquences émotionnelles, ça, oui, ça aide. Penser à toutes les stratégies possibles de réajustement, récupération, combat, en cas d’imprévu, de surcharge, de panique. Mais aussi, surtout : savoir que la fuite est possible. Que si tout tourne mal, partir est une solution valide. Que si une activité entamée devient trop lourde, on a le droit d’abandonner. Que si une pièce est trop bruyante, il y a une porte de sortie, que si un travail est inadapté, je peux rompre le contrat.

Savoir qu’il y a une porte de sortie, quelque part, savoir que je peux abandonner et partir et pas uniquement rester et combattre, ça me permet maintenant d’affronter un certain nombre de situations qui m’ont toujours causé de violentes crises de panique. J’aurais aimé, peut-être, savoir ça plus jeune, savoir ça enfant. Lire la suite »

Refuge portatif à plier en quatre et glisser dans sa poche

Aujourd’hui je formalise un peu. Je donne mes trucs. Qui vont peut-être en aider d’autres, peut-être pas. Qui vont peut-être aussi amener des proches à comprendre et tolérer certains de mes comportements. Comme je l’ai expliqué hier, j’ai toujours eu des tactiques pour survivre aux situations de surcharge ou de désagrément – je n’aborde pas aujourd’hui la question complexe des interactions, de l’organisation, des conflits, et des tsunamis émotionnels, seulement la simple exposition quotidienne et parfois trop prolongée aux foules, aux groupes, aux discussions confuses, aux bruits/ odeurs/ lumières/ mouvements.

Lire la suite »

Se vouloir du bien

J’écris souvent ça dans mes courriers, j’écris ça dans mes messages : Prends soin de toi. Take care. Pour moi c’est la chose la plus forte que je puisse écrire, ça me paraît vraiment essentiel, avant toute chose, de faire attention à soi. Moi aussi, c’est ce que je m’oblige à me mettre comme 1er objectif quotidien, quitte à laisser tomber tout le reste : je prends soin de moi.

Mais c’est n’importe quoi. Je prends rarement soin de moi. Parce que je me mets ça comme une injonction, une nouvelle injonction, et que je ne sais pas penser autrement qu’en termes d’obligations. Parce que je prends soin comme on ferait un travail, et pas sur un instinct de survie naturel qui serait de se vouloir du bien, de vouloir se préserver, normalement, de base, comme ça, en réponse à rien et en attente d’aucun résultat, juste parce que, juste parce qu’on est humain. Lire la suite »

Résistance au changement et peur de l’imprévu

Ce n’est pas vraiment le changement que je crains. Tout change tout le temps, j’en ai la douloureuse conscience, et bien que j’affectionne particulièrement les habitudes, les rendez-vous réguliers et les lieux connus, je fais mon possible pour aimer même les plus difficiles changements, et j’en provoque moi-même cycliquement dans ma vie, c’est la preuve que l’on est vivant.e. Non, ce dont j’ai peur, c’est de l’imprévu, et dans l’imprévu, du temps et de l’espace non disponibles pour entendre et gérer ma peur. Lire la suite »

Une journée comme les autres

Je fais toujours des plans de ma semaine, des trucs à faire chaque jour, avec le temps je deviens même raisonnable et je ne me charge pas trop, je peux prévoir moins quand j’ai mes règles, ou plus au mois de juin, mais il y a encore des choses qui m’échappent. Je me lève parfois à 7h en pleine forme avec l’envie de conquérir le monde, mais le jour d’après, peut-être, insomnie, manque de sport, ou juste rien du tout, et je serai incapable de me concentrer sur quoique ce soit, et je passerai ma journée à pleurer, ou à ruminer, ou à chercher la dispute.

Quand ça va, on ne se souvient plus que vaguement des moments où ça ne va pas. On se dit c’est pas si terrible, finalement. C’est gérable. Il suffit de. Je peux combattre la mélancolie. La paranoïa. Les trous noirs.

Lire la suite »