Signes cliniques, seuil diagnostique et coût réel de la cape d’invisibilité

Autant l’annoncer tout de suite : il y a deux semaines, dans un centre expert qui porte drôlement son nom, j’ai reçu un verdict qui se situerait quelque part entre le cauchemar et la blague – j’attendrai encore quelques semaines le rapport écrit dans l’espoir de pouvoir mettre à l’œuvre mon sens logique pour en débusquer les failles –, mais qui m’a rendu difficile, entre autres, de continuer à écrire sur le blog. Aujourd’hui, j’ai décidé que le seul moyen de faire cesser le cercle obsessionnel et de pouvoir à nouveau aborder d’autres sujets aussi, c’était d’en parler, malgré la crainte d’être décrédibilisée par certain.e.s.Lire la suite »

Publicités

Et puis un jour une psy te reconnaît (errance diagnostique, 5e volet)

Ces derniers temps, tu es fatiguée de ta vie. Oui, bon, le ces derniers temps revient cycliquement, okay. Revient même parfois tous les jours, dépendant de la période et du nombre de choses que tu as à faire et du nombre d’heures passées dans la jungle urbaine. Du coup même celleux qui savent se disent que ce n’est pas grave, que ça va passer. Que c’est juste que tu manques de courage et que tu ne fais pas assez d’efforts, que tu es une personne qui aime bien se plaindre et qui ne voit pas la vie du bon côté, c’est comme ça. Toi, tu savais autrefois que c’était faux, autrefois, quand tu t’autorisais encore à être révoltée, à être en colère, et que ton énergie allait dans la création et non dans la destruction ; mais petit à petit, tu t’es laissée convaincre, peut-être que c’est normal pour toi, après tout, de ne pas aller bien.Lire la suite »

Être soi-même

Notre monde moderne est contradictoire (sans blague). Un truc qui m’a toujours troublée ce sont les injonctions contraires particulièrement présentes dans la presse féminine (ou dans la publicité, qui cherche à nous vendre des gâteaux tout en faisant passer un message en-dessous nous disant précisément de ne pas manger de gâteaux) : changez-vous, camouflez-vous, modifiez-vous, dissimulez-vous, mais en même temps, soyez vous-mêmes. Je n’ai jamais compris comment répondre à ce double truc : il fallait que je sois comme les autres (« t’es pas comme les autres, toi »), comme tout le monde (« tu peux pas faire comme tout le monde ? »), normale (« c’est pas normal, ta réaction »), mais en même temps, il fallait que je sois moi-même. Alors merde, on a passé vingt ans à me dire de ne pas être moi-même, et puis subitement, quand j’ai commencé à oser en parler un peu, de mes efforts permanents pour me cacher, de mes questionnements incessants sur ce que je devrais faire, comme je devrais me comporter, ce que pensent les autres de moi, on me répond : Mais sois toi-même un peu !

Lire la suite »

Une girafe zébrée (errance diagnostique, 4e volet)

[suite et pas fin du questionnement, et liens au bas de l’article]

Charlie est le genre de personne, entière, intense, remplie, tout le temps : elle ne peut pas cesser d’être elle-même une seconde, ce elle-même plein de pensées qui explosent en branches toujours divisables, d’émotions qui la traversent ou la colonisent, de sensations qui l’envahissent et parfois la dérangent. Charlie tient toujours plusieurs conversations en même temps dans sa tête, elle pense à plusieurs choses en même temps, même quand elle lit, même quand elle rêve, elle analyse ses rêves en dormant, et se réveille parfois en se disant que c’est fatiguant. Seule, elle a parfois du mal à rester assise tant ses pensées galopent, elle pense à mille choses en même temps et il n’y a plus assez de place dans sa tête pour tout contenir, alors elle se lève marche gesticule, parle à voix haute avec elle-même en s’interrompant, avalant ses phrases, virant d’un sujet à un autre, pense à autre chose aussi, fait des virages contre-virages embouteillages accidents de pensée.

Lire la suite »

Bordertruc et cyclomachin (errance diagnostique, 3e volet)

Pas de chatons aujourd’hui, mais des renards.

origines
BD : « Goupil ou face« , Lou Lubie

Ce renard est le corps donné par « Lou Lubie » à son trouble diagnostiqué à l’âge adulte : la cyclothymie, forme de bipolarité (apparemment on dit bipolaire II1/2…). C’est il y a quelques mois, au cours d’une autre lecture, que j’ai découvert ce terme de cyclothymique, non plus utilisé simplement pour décrire un simple tempérament, mais comme trouble bipolaire mineur. Ce qui m’a intriguée, c’est la différence entre trouble borderline et bipolarité cyclothymique (parce qu’avec bipolaire I et II, la différence est flagrante, je sais bien, pas de doute).

Lire la suite »

à la limite (errance diagnostique, 2e volet)

Quand j’ai découvert ces mots, borderline, état limite, j’avais treize ans, et je l’ai trouvé tout à fait adapté parce que je me sentais, en effet, toujours en limite de quelque chose : limite de la folie, limite de l’explosion. Ma vie était une succession de moments imprévisibles, en une seconde tout pouvait basculer, une crise de panique, une crise de colère, une crise de larmes, pour rien, ou ce que les autres qualifient de rien. Je loupais mon bus et c’était la fin du monde, plus rien n’allait jamais fonctionner, autant aller me suicider tout de suite (genre, pour de vrai). Un truc, une tache, un mot, et je perdais pied, j’avais l’impression de devenir folle, alors qu’une minute avant, trois minutes plus tard, je pouvais tout aussi bien être calme et raisonnée.

Lire la suite »

Ce moment où

Ce moment où – on est renvoyé.e à sa différence. Je les additionne depuis la maternelle, et je me les figure toujours en images – un cercle et moi dehors, une vitre et moi derrière, ou encore un costume que je serais la seule à porter par-dessus une peau qui ne serait pas la même que les autres. Un peu comme la petite sirène, je ne me contente pas de mon monde sous-marin et de mon habileté à nager, il a fallu que je tombe amoureuse du monde terrestre et que je veuille, moi aussi, avoir des jambes sur lesquelles marcher, même au prix d’une énorme douleur de tous instants. Sauf qu’on ne change pas de monde impunément, ce sont efforts, sacrifices et souffrance, et arrive toujours le moment où on retrouve sa queue de poisson et ses branchies, et son incapacité à marcher et respirer comme les autres – ce moment où.

Lire la suite »