Refuge portatif à plier en quatre et glisser dans sa poche

Aujourd’hui je formalise un peu. Je donne mes trucs. Qui vont peut-être en aider d’autres, peut-être pas. Qui vont peut-être aussi amener des proches à comprendre et tolérer certains de mes comportements. Comme je l’ai expliqué hier, j’ai toujours eu des tactiques pour survivre aux situations de surcharge ou de désagrément – je n’aborde pas aujourd’hui la question complexe des interactions, de l’organisation, des conflits, et des tsunamis émotionnels, seulement la simple exposition quotidienne et parfois trop prolongée aux foules, aux groupes, aux discussions confuses, aux bruits/ odeurs/ lumières/ mouvements.

Lire la suite »

Publicités

Petits arrangements au quotidien

Il y a de ces choses que je fais depuis toujours sans m’en rendre compte, et qui n’ont pris sens que petit à petit. En fait, qui n’ont pris sens qu’il y a deux mois, quand subitement j’ai bien voulu voir. Avant, j’expliquais séparément, maintenant, ça va ensemble. Il y a une cohérence d’ensemble à tous mes comportements répétés dans de nombreuses situations diverses. Maintenant je peux parler en généralités. Mettre une même continuité depuis les cours d’école de l’école primaire (refuge coin du préau), les vacances en famille (refuge dans la couchette arrière du camion), les pauses midis au lycée (refuge coins d’escaliers), l’université (refuge coins cachés de la BU), et le reste de ma vie de jeune adulte : la précipitation à retrouver ma chambre après une journée de travail, le passage d’une pièce à l’autre et le refuge dans la petite cuisine lors des grosses soirées. Je me suis toujours, aussi, cachée dans une écharpe et dans mes manches. J’ai toujours chipé des trucs à manger quand personne ne regardait, comme si manger sans être vue pouvait rétablir un équilibre de moi-même face au monde. Je me suis toujours fixée sur des détails du paysage, des vêtements, du mur ou de la table, du visage, pour m’apaiser quand trop d’agitation.Lire la suite »

« Le féminisme a changé ton rapport aux hommes » (euh, oui, heureusement)

C’est quelque chose que j’entends souvent. Pas avec admiration, reconnaissance, envie, mais avec moquerie et reproche. Ça se chevauche généralement avec le « tu es trop extrême », « faut pas voir le mal partout » ou encore « bon pas tous les hommes sont comme ça hein ». (phrases auxquelles je ne répondrai même pas, y’a suffisamment d’autres blogueuses qui y ont magnifiquement répondu, pas envie de faire de la pédagogie).

Et c’est drôle, en commençant à m’engager pour de vrai, il y quelques années, en mettant tous mes petits combats isolés ensemble et me rendant compte subitement que oui, j’étais féministe, en me jetant subitement la tête la première dans la prise de conscience élargie, la documentation, le militantisme, moi aussi, savez-vous, j’ai eu peur. J’étais un peu plus jeune que ça et je commençais à me faire apprécier autour de moi, j’avais juste ce qu’il fallait d’anticonformisme ou de grande gueule mais pas trop non plus. Alors me remettre à reprendre toute remarque sexiste, ne plus rire aux blagues dégueulasses, parler de mon désir au lit avec un homme, freiner la symétrisation (vous savez, le fameux sexisme anti-hommes), faire de l’éducation quand on me demandait juste une approbation silencieuse, oui, tout ça, ça allait me faire perdre des ami.e.s, peut-être. Ou m’empêcher d’en rencontrer de nouvelleaux. J’ai eu cette crainte oui. Cette crainte de ne plus pouvoir draguer, parce que je fais peur, je rebute, ou parce qu’un type qui sort une blague * innocemment * sexiste subitement ne m’attire plus du tout. Il ne m’était pas venu à l’idée de me dire que ce serait alors la faute au sexisme du type, pas la faute à mon féminisme. Lire la suite »

Se vouloir du bien

J’écris souvent ça dans mes courriers, j’écris ça dans mes messages : Prends soin de toi. Take care. Pour moi c’est la chose la plus forte que je puisse écrire, ça me paraît vraiment essentiel, avant toute chose, de faire attention à soi. Moi aussi, c’est ce que je m’oblige à me mettre comme 1er objectif quotidien, quitte à laisser tomber tout le reste : je prends soin de moi.

Mais c’est n’importe quoi. Je prends rarement soin de moi. Parce que je me mets ça comme une injonction, une nouvelle injonction, et que je ne sais pas penser autrement qu’en termes d’obligations. Parce que je prends soin comme on ferait un travail, et pas sur un instinct de survie naturel qui serait de se vouloir du bien, de vouloir se préserver, normalement, de base, comme ça, en réponse à rien et en attente d’aucun résultat, juste parce que, juste parce qu’on est humain. Lire la suite »

L’illusion du privilège

Hier, j’essayais de rendre compte de mon éternel malaise social que j’ai longtemps attribué à ma culture familiale composite, qui ne me laissait m’intégrer véritablement dans aucun groupe social précis. J’y parlais aussi culpabilité de privilégiée, peur de me montrer oppressante ou snob sans m’en rendre compte, avec mes grands mots, mon amour des livres et de la réflexion nuancée et conceptuelle, mon rejet des activités de groupe et de divertissement. J’y racontais enfin que je m’étais trompée de route en me considérant longtemps uniquement sous l’angle sociologique : le psychologique est prépondérant chez moi. En tant que neuroatypique, j’ai souvent un vécu plus proche d’autres neuroatypiques plutôt que d’autres de ma classe sociale ou de ma culture. Et en tant que neuroatypique, je suis discriminée, mise à l’écart et mise en difficulté dans un système neurotypique, et ça me semble être au moins peser autant (sinon plus) sur la balance que mes privilèges de l’autre côté.

Lire la suite »

Classes sociales ou catégories neuropsychologiques

En retombant sur Retour à Reims de Didier Eribon j’ai réfléchi à nouveau à la honte sociale, une thématique qui me passionne, parce que je ne peux me situer par rapport à elle, étant d’un milieu mixte assez difficilement définissable, demi-origine bourgeoise-élitiste, double nationalité, éthique protestante, moyens financiers limités. J’ai traversé des milieux mixtes aussi, et la culture populaire valorisée à l’école primaire – dont j’étais exclue, avec mes livres et mon ignorance des émissions télévisées – est devenue stigmatisée au lycée que j’ai fréquenté, rendant ma compréhension des codes sociaux encore plus confuse. D’enfant à adulte, j’ai entretenu, dans tous les milieux, une honte toute personnelle, que j’interprétais comme le résultat de la culture hybride et contradictoire transmise par mes parents, qui ne me laissait me situer dans aucun groupe social. Lourde de la conscience d’avoir des privilèges, tout en ne trouvant ma place dans aucun groupe privilégié, j’ai cultivé cette honte d’être dans l’entre-deux, de n’appartenir ni au populaire ni au cultivé, celle de n’appartenir pas. Ou plus encore : la honte d’avoir honte, moi qui cumule plusieurs privilèges (blanche, valide, intellectuelle), mais qui n’ai longtemps pas compris que ma constante inadaptation aux groupes sociaux était aussi la résultante de mon appartenance à d’autres catégories dominées (femme, « pauvre », neuroatypique). Je sais, en vrai, il s’agit d’un sentiment de culpabilité, mais chez les personnes comme moi, je ne suis pas sûre de la distinction nette entre sentiment de culpabilité, de honte et d’humiliation (autre sujet passionnant sur lequel je reviendrai).

Lire la suite »